Acceuil » Afrique » Après la tuerie en Casamance, l’armée sénégalaise découvre une nouvelle victime
Tableau de gauche
Après la tuerie en Casamance, l’armée sénégalaise découvre une nouvelle victime

Après la tuerie en Casamance, l’armée sénégalaise découvre une nouvelle victime

En Casamance, le bilan de la tuerie du 6 janvier dans la forêt de Boffa Bayotte est passé à 14 morts avec la découverte jeudi par l’armée du corps d’un homme qui était porté disparu. Toubacouta est calme, mais la population vit dans la psychose.

Ce matin, les tirs d’artillerie de l’armée sénégalaise ont repris, mais il n’y a toujours aucune trace des agresseurs.

Le corps a été retrouvé mercredi matin par l’armée à l’entrée de la forêt de Boffa- Bayotte. Il a été inhumé à Toubacouta à cause de son état de décomposition très avancé.

Le chef d’état-major des armées, le général Cheikh Guèye, en visite dans la zone, a assisté à son enterrement. Le bilan officiel est donc revu à la hausse portant le nombre des morts à 14 : « Ce matin, pendant la recherche, nos éléments ont eu à découvrir le corps. Ça doit être la quatorzième personne qui était disparue et qui a été retrouvée par nos hommes sur le terrain ».

Les auteurs de la tuerie sont activement recherchés. Les opérations sont en cours, et les troupes déployées au sol sont appuyées par un hélicoptère volant à haute altitude, comme le confirme le général Cheikh Guèye : « Un acte odieux a été commis. Quels que soient les auteurs, ils seront traqués, recherchés et neutralisés au besoin ».

Sans être cité nommément, tous les regards se tournent vers le Mouvement séparatiste de Casamance (MFDC) et les complices des exploitants clandestins hautement placés dans l’armée et dans l’administration publique. « Je ne pense à personne. Je sais qu’il y a des individus, imbus de leur intérêt personnel, qui veulent saccager notre environnement en détruisant la forêt. Par conséquent, on peut les qualifier de criminels à partir du moment où ils ont eu à tuer paisiblement et lâchement de simples populations », ajoute le général.

Les opérations sur le terrain n’entraveront en rien les négociations de paix en cours, rassure le chef des armées.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tableau de droite