Acceuil » Afrique » Musique: les hommages à Médoune Diallo, pilier de l’afro-salsa, se multiplient
Tableau de gauche
Musique: les hommages à Médoune Diallo, pilier de l’afro-salsa, se multiplient

Musique: les hommages à Médoune Diallo, pilier de l’afro-salsa, se multiplient

Les hommage à Médoune Diallo, une grande voix de l’afro-salsa sénégalaise, se sont succédé tout le week-end. Le chanteur s’est éteint à l’âge de 69 ans à Dakar le 10 février. C’était un pilier du célèbre Orchestra Baobab, collectif dans les années 70/80, puis du groupe Africando.

Médoune Diallo, c’est une voix qui a marqué sa génération, mais aussi celles qui ont suivi comme le chanteur salsa Bass Sarr, qui a rejoint plus tard le collectif Africando. Il parle d’un «grand frère» ou encore d’un «père».

« Comme pratiquement tous les jeunes chanteurs sénégalais, on a grandi avec les chansons de Médoune. Des tubes vraiment extraordinaires que tout le monde connaît… et il fredonne Il avait la voix magique… rappelle Bass Sarr qui évoque les morceaux «oh Baobab» et «Autorail»… un très morceau qui l’avait beaucoup ému.

Médoune Diallo quitte Orchestra Baobab, en 1985, mais tout en douceur raconte Thierno Kouyaté, saxophoniste du groupe: « Lui, il est parti de son côté, mais l’histoire a montré qu’on était tout le temps ensemble. Chaque fois qu’il y avait quelque chose, une manifestation, un enregistrement ou quoi que ce soit, il était là avec nous. Il lui arrivait même de temps en temps, quand on jouait ‘Just For You’, de passer faire un boeuf avec nous et de repartir ».

En pensant à Médoune Diallo, Thierno Kouyaté évoque à une chanson en particulier. « ‘El son te llama’… Nous continuons, nous avons un jeune chanteur à qui on a demandé de reprendre ‘El son te llama’ ».

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tableau de droite